Citroën C6: un train de retard

La Citroën C6 aurait pu être celle qui aurait mis tout le monde d’accord. Lorsque le prototype Lignage est présenté en 1999, on se met à espérer que le haut de gamme français sort de son marasme et des échecs successifs (XM, 605, et dans une moindre mesure Safrane).

A la vue de cette belle berline aux gênes Citroën, sorte de CX des temps modernes, on se dit que Citroën fait à nouveau du Citroën, et qu’enfin la XM pourrait prendre sa retraite en sachant la relève assurée. Mais allez savoir pourquoi, la C6 n’est finalement sortie qu’en 2005, soit 6 ans après la présentation de la C6 Lignage à Genève.

Le concept car Lignage, présenté à Genève en 1999

Le concept car Lignage, présenté à Genève en 1999

6 ans, dans le monde de l’automobile, c’est une éternité, et lorsque la C6 sort, elle arrive presque après la bataille. Les 607 de chez Peugeot et Vel Satis de chez Renault se sont une nouvelle fois cassées les dents face aux berlines allemandes. La C6 ne fera pas mieux, elle qui sans doute arriva trop tard sur le marché.

En 7 ans, il s’en vendit tout juste 25 000 exemplaires, un comble pour une voiture à la ligne si majestueuse, intégrant en toute modernité l’identité Citroën et proposant de réelles qualités dynamiques. Bien sûr, on peut toujours dire qu’il lui manquait un moteur, mais la C6 n’était pas ridicule avec son V6 3 litres de 215 ch, voire en fin de carrière son V6 Hdi de 240 ch.

Pas de doute, c'est une vraie Citroën cette C6.

Pas de doute, c’est une vraie Citroën cette C6.

En bonne Citroën elle propose, of course, la suspension hydropneumatique qui lui confère une tenue de route magistrale. L’équipement n’est pas en reste, et on a affaire à un vrai haut de gamme. Pourtant, le public la boudera, et c’est à se demander si nos constructeurs français trouveront un jour la martingale sur ce segment exigeant.

L'échec de la C6 reste pour moi un mystère.

L’échec de la C6 reste pour moi un mystère.

Il reste cependant un mystère. Pourquoi Citroën a mis 6 ans à sortir ce modèle qui dès 1999 semblait avoir déjà son style figé, et toutes les chances de percer à cette époque ? Des finances limitées ont sans doute donné la priorité à la Peugeot 607 (qui se vendra à 200 000 exemplaires en dix ans). Mais entre le classicisme de Peugeot et l’originale Vel Satis de chez Renault, il y avait sûrement la place pour cette troisième voie dès 2000. En 2005 c’était déjà trop tard.

Publicités

5 réflexions sur “Citroën C6: un train de retard

  1. C’était effectivement trop tard : quand elle est sortie, il n’y avait plus l’attrait de la nouveauté, surtout qu’elle ne se démarquait que trop peu du prototype. Une impression de déjà-vu. Après, j’ai toujours été gêné par la planche de bord, que je trouvait pas assez haut de gamme. Bref, que de regrets….

    J'aime

  2. Pingback: Toutes les Citroën sur Boîtier Rouge | Boîtier Rouge

  3. Pingback: Peugeot 607 Pescarolo: le coup d’épée dans l’eau ! | Boîtier Rouge

  4. Pingback: Dongfeng rentabilise aussi sec son investissement dans PSA | Boîtier Rouge

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s