Renault Clio V6: l’héritière de la R5 Turbo

Si Renault a laissé mourir Alpine (lire : https://boitierrouge.wordpress.com/2014/03/15/la610-ma-tuer-aurait-pu-dire-alpine/), la marque n’a pour autant pas laissé tomber l’idée de proposer des véhicules extraordinaires en cette deuxième moitié des années 90. Après avoir lancé le Spider sous la marque Renault Sport (lire aussi :https://boitierrouge.wordpress.com/2014/03/27/renault-sport-spider-un-arriere-gout-dalpine/), la marque au losange s’attèle à booster son modèle phare, la Clio avec deux programmes : le Clio Trophy, une formule monotype en ouverture des grands prix de F1, et la Clio V6, la version routière de celle utilisée pour le Trophy.

La Clio V6 phase 1 est fabriquée en Suède chez TWR

La Clio V6 phase 1 est fabriquée en Suède chez TWR

Présentée au salon de Paris 1998, la Clio V6, elle est conçue par Renault Sport. Petite série oblige, le développement et la production du véhicule sont confiés à l’anglais TWR (lire aussi : https://boitierrouge.wordpress.com/2014/04/13/jaguar-xjr-15-pour-gentleman-drivers-exclusivement/), qui possède en Suède une usine (à Uddevalla) produisant la Volvo C70 ; La Clio V6 y sera construite quasiment à la main.

La Clio V6 phase 2 a un look bien plus plaisant

La Clio V6 phase 2 a un look bien plus plaisant

La Clio V6 reprend le concept de la Renault 5 Turbo, en proposant sur la base de la citadine de sa gamme une sportive hors-norme. Finis les 5 places, la traction avant et le moteur à l’avant, place à la propulsion et au moteur à l’arrière (amputant de deux places l’auto). En fait de moteur, on choisit le plus gros de la pallette Renault : c’est le V6 ES9 3 litres qu’on rentre au chausse pieds à l’arrière de la Clio, poussé à 230 chevaux. Sur le papier, une citadine de cette taille avec un tel moteur, ça doit être de la dynamite. Lancée officiellement en 2000, la Clio V6 rentre en production en Suède en janvier 2001.

La phase 2 est blien plus efficace que la Phase 1, plus pointue.

La phase 2 est blien plus efficace que la Phase 1, plus pointue.

En fait, en réalité, c’est de la dynamite, mais surtout à cause d’un manque de développement et de réglages de l’auto par TWR, rendant la voiture compliquée à conduire pour le conducteur lambda. A tel point que la production sera rapatriée chez Alpine, à Dieppe, pour la phase 2 , la copie ayant été revue par Renault Sport. En mars 2003, la Clio V6 phase deux (au look bien plus plaisant) commence à être produite avec désormais un V6 de 255 ch. Cette phase 2 se montre bien plus sécurisante, efficace et maîtrisable que la phase 1.

La Clio V6, c'est un peu l'héritière de la Renault 5 Turbo

La Clio V6, c’est un peu l’héritière de la Renault 5 Turbo

La production cessera en juillet 2005, après 1611 phases 1 « made by TWR » et 1303 phases 2 « made by Alpine » , auxquelles il faut rajouter 134 « Trophy » fabriquées en France entre 1999 et 2000. En 2005, la Clio V6 était vendue 39 700 euros. Aujourd’hui, on trouve des « phase 1 » dès 18 000 euros, tandis qu’une très belle « phase » 2 se négociera plus de 30 000 euros, soit pas beaucoup moins cher que le prix du neuf. Le prix de l’exclusivité.

 

Publicités

4 réflexions sur “Renault Clio V6: l’héritière de la R5 Turbo

  1. Pingback: Renault 5 Turbo: l’idole des jeunes (de l’époque) ! | Boîtier Rouge

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s