Ford Puma Racing ST160: la fausse bonne idée de Ford

Le mois dernier, je vous avais présenté la Tickford Capri, une version dynamisée de la Ford Capri (lire aussi : Tickford Capri Turbo). Je me suis rendu compte que l’alliance entre Tickford et Ford avait été reconduite bien des années plus tard, en 2000, pour la réalisation d’une version « sportive et limitée » du petit coupé « edge design » Puma.

La Racing n'était disponible qu'en une seule teinte bleue.

La Racing n’était disponible qu’en une seule teinte bleue.

C’est en 1997 que Ford présente la Puma, un coupé basé sur la Fiesta, au look rondouillard, sensé faire la nique à l’Opel Tigra (d’ailleurs, le choix du nom n’est sans doute pas anodin). Cet honnête coupé sera produit relativement peu de temps en Allemagne, à Cologne, de 1998 à 2001. Disposant de moteurs Zetec 1,4 l (90 ch), 1,6 l (103 ch) et 1,7 l (125 ch), son châssis tout à fait correct mérite de plus fortes puissances.

Les ailes sont plus larges que celles d'une Puma normale, et les jantes spécifiques sont des 17 pouces.

Les ailes sont plus larges que celles d’une Puma normale, et les jantes spécifiques sont des 17 pouces.

Ford décide alors de présenter une version « haute performance » de son Puma, et s’adresse à Tickford (une vieille connaissance) pour produire la Ford Puma Racing. Des Pumas sont prélevés sur les chaînes de l’usine Ford de Niehl, près de Cologne, et, comme la Capri en son temps, sont envoyés à Daventry pour y recevoir les modifications nécessaires (kit carrosserie, moteur Zetec 1,7 boosté à 155 ch, freins plus puissants, jantes de 17 pouces, intérieur « racing » Recaro etc).

Des Puma Racing ST160 en attente chez Tickford, à Daventry.

Des Puma Racing ST160 en attente chez Tickford, à Daventry.

Sur le papier, la Puma Racing (dénommée aussi ST160) a tout pour plaire, et la direction de Ford prévoit une série limitée de 1000 exemplaires (500 pour la Grande Bretagne, 500 pour l’Allemagne). Mais le mécano industriel et les modifications « artisanales » font s’envoler le tarif (23 000 £ tout de même, près de 8000 £ de plus que la Puma S de 125 ch). Finalement, Ford décide de réduire la voilure, et seule l’Angleterre aura droit à sa série de 500 exemplaires fabriqués entre 1999 et 2000. Et encore, il fut très difficile d’écouler les stocks : certains véhicules seront bradés, d’autres carrément donnés aux cadres de Ford UK.

L'intérieur de la Racing est spécifique, avec ses fauteuils Recaro bleus eux aussi.

L’intérieur de la Racing est spécifique, avec ses fauteuils Recaro bleus eux aussi.

Autant dire que la Puma Racing fut un véritable four pour Ford. Cela dit, désormais cette « rareté » peut faire le bonheur d’un amateur éclairé. On en trouve en vente de l’autre côté du Channel entre 6000 et 10 000 £. Mais sa rareté en fait une proie désirable pour les collectionneurs, et les prix devraient désormais remonter au fur et à mesure que la Puma quittera l’occasion pour la collection. A bon entendeur !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s