Renault 4 Parisienne: une 4L pour soutenir theparisienne.fr !

Comme chaque jour, ce lundi 25 août, je suis sur Twitter, à la recherche d’inspiration, de contacts et pour faire un peu (beaucoup) la promo de Boîtier Rouge, ce blog avec lequel je vis depuis 6 mois, qui me colle à la peau, qui est ma seconde peau. Déjà quelques tweets qui défilent sans que j’y prête attention, parlant d’une parisienne. Au bout de quelques uns, je finis par m’y intéresser. Je clique sur le lien indiqué et là, je tombe de ma chaise en lisant le post. Accrochez-vous.

r4-parisienne

Nathalie édite un blog depuis 5 ans, le blog d’une parisienne qui aime la mode, sortir à Paris et raconter sa vie. Je ne suis pas particulièrement friand de ce genre de littérature, mais bon, je fais la même chose en fait. Nathalie pourrait rire de ma passion pour les bagnoles, surtout quand je parle d’une Visa fabriquée en Chine de façon illégale. Chacun ses passions, ce qui est sûr c’est qu’elle comme moi, à aucun moment, n’avons voulu contrefaire qui que ce soit. Juste sommes-nous un petit peu plus « exhib » que les autres, ou suffisamment fous pour croire que d’autres vont s’intéresser à ce qu’on raconte. Mais de là à contrefaire une marque média, laissez-moi rire. Bref, Nathalie reçoit un jour une lettre du Parisien, le célèbre journal qui se moquait des parisiens dans sa publicité (Le Parisien il vaut mieux l’avoir en journal que… etc etc), lui demandant (enfin disons, lui ordonnant) de changer le titre de son blog, « the Parisienne » au motif qu’il lui porte préjudice. Nathalie ne se sent pas si importante que cela, et laisse béton, parce que bon, faut pas non plus déconner.

110112-R4-parisienne-11

Et ben justement, au Parisien, ils ne déconnent pas… Quelques mois plus tard, c’est à dire pas plus tard qu’hier, Nathalie reçoit son assignation en justice, avec 20 000 euros de dommages et intérêts qui lui pendent au nez. Mon petit doigt me dit que Le Parisien se verrait bien lancer une déclinaison magazine féminine du nom de « La Parisienne », et c’est Nathalie qui va payer les pots cassés. Sans aucun recul ni volonté de négociation, le quotidien qui va devenir rapidement le plus détesté de la toile met en branle le rouleau compresseur pour écraser toute concurrence potentielle. C’est la preuve par l’absurde de la puissance des blogs et des réseaux sociaux par rapport aux médias traditionnels : ils en ont peur donc ils attaquent, sans soupçonner le retour de bâton grâce à la force des réseaux sociaux… et ça commence déjà à balancer grave sur twitter, moins de 12 h après la réception de la missive.

L'icône yéyé Sheila reçut en cadeau une R4 Parisienne dont elle fit la promotion.

L’icône yéyé Sheila reçut en cadeau une R4 Parisienne dont elle fit la promotion.

Je me suis demandé comment soutenir Nathalie avec mon blog, moi qui, de par mon sujet, suis aux antipodes du sien. Et j’ai trouvé : je vais vous parler de la Renault 4 Parisienne. Ironie du sort, cette série spéciale destinée au femme de la petite Renault a été lancée en partenariat avec le magazine féminin Elle en 1963, et sera proposée jusqu’en 1968. En fait de série spéciale, il s’agit surtout d’une décoration spécifique, Renault était déjà à la pointe de la personnalisation. On nous présente aujourd’hui les stickers comme révolutionnaire ? Laissez-moi rire !!!

Une 4L Parisienne en action dans les rues de Paris.

Une 4L Parisienne en action dans les rues de Paris.

C’est début 1963 que Renault organise avec Elle l’opération « Elle prend le volant », et 4200 lectrices pourront ainsi essayer des 4L décorée en écossais ou avec un cannage. La R4 Parisienne est tout à fait dans l’air du temps. Elle fait très chic, et surtout très sixties. Et bien sûr, elle rend hommage à l’élégance française, et à sa digne représentante, la parisienne. Difficile de dire combien d’exemplaires seront « décorés » de la sorte. Quelques exemplaires seront produits en Argentine par IKA (lire aussi : https://boitierrouge.wordpress.com/2014/04/20/renault-torino-la-gloire-argentine/). En 1998, Renault fit un clin d’oeil à cette série spéciale en commercialisant en Allemagne un Kangoo Parisienne, disponible lui aussi avec un cannage du plus bel effet.

kangoo parisienne

Entre 1963 et 1968, le Parisien s’appelait Le Parisien Libéré, et il ne me semble pas qu’il ait attaqué Renault pour l’utilisation de sa marque, pas plus qu’en 1998 avec le Kangoo. Moi, depuis hier, je porte fièrement sur mon profil Twitter une 4L Parisienne. Ma façon à moi de soutenir Nathalie, et son blog, et tous les blogs en fait qui risquent la même mésaventure. Je vous encourage à en faire de même, et à partager cet article, ou bien celui de Nathalie (lien en bas de page), à tweeter #jesuisparisienne et à follower @zeparisienne pour lui montrer votre soutien, même si vous n’en avez rien à carrer de la mode ou des sorties parisiennes. L’important, c’est de pouvoir sans risque continuer à créer des blogs, à parler, de tout et de rien, sans qu’un média en retard d’un train vienne tout massacrer comme dans un jeu de quille au prétexte qu’il n’a rien compris au monde qu’il est sensé décrire.

Je compte sur vous.

Lire le blog TheParisienne : http://www.theparisienne.fr/2014/08/le-parisien-attaque-the-parisienne/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s